Comment SAUR accompagne les collectivités pour la mise en œuvre de solutions de traitement des micropolluants ?

La présence dans les eaux usées de micropolluants posera sans doute de plus en plus de difficultés à l’avenir. Impactant aussi bien l’environnement que la santé humaine. Pour faire face à ce...
Lire la suite
Retour au blog

Micropolluants : comment les collectivités peuvent-elles agir ?

Agriculteurs, industriels, professionnels de santé ou simples citoyens, nous sommes tous concernés par la problématique de la pollution de l’eau. Lorsqu’il est question de micropolluants dans les eaux usées, les collectivités ont assurément leur rôle à jouer. La France, à l’avant-garde de la réglementation, fait office de référence Européenne dans ce domaine.

 

La pollution de l’eau met non seulement en péril l’équilibre des écosystèmes, mais aussi la santé humaine. Dans les eaux usées, les micropolluants (résidus médicamenteux, pesticides, métaux lourds, etc.), en particulier, sont suspectés d’avoir des effets néfastes sur les hommes. Même s’ils ne sont présents qu’en très faibles concentrations.


La réduction de la pollution de l'eau à la source

 

La première solution à envisager pour réduire cette pollution de l’eau, c’est ce que les autorités appellent la réduction à la source. L’idée : encourager des évolutions dans les pratiques de soin et d’hygiène et plus généralement, dans les usages domestiques de produits à l’origine de micropolluants. Mais aussi, encourager à la mise en œuvre de traitements spécifiques par les hôpitaux, par exemple. Par la récupération et le traitement des effluents, tout particulièrement dans les secteurs qui accueillent des malades nécessitant des traitements lourds.


Par ailleurs, les rejets d’un industriel peuvent être encadrés par une convention spéciale de déversement. Celle-ci repose sur une analyse de ses effluents qui permet d’engager précisément l’industriel sur un niveau de perturbation à respecter. Objectif : faire en sorte que les eaux rejetées soient dépolluées ou au moins, puissent être traitables par la station d’épuration de la collectivité située en aval.

 

Des micropolluants difficiles à maîtriser

 

Les flux de micropolluants d’origine domestique semblent, quant à eux, plus difficiles à maîtriser réellement. Ils sont cachés dans les produits que nous utilisons au quotidien (médicaments, produits ménagers, produits de bricolage, etc.). L’origine des micropolluants organiques est très variée et n’est pas nécessairement d’origine industrielle ou agricole. Par exemple, les produits appliqués sur les toitures pour ralentir la formation de mousses peuvent être lessivés par la pluie et se retrouver en station d’épuration. 


La politique de réduction à la source, si utile soit-elle, garde donc ses limites. Car il existe une pollution diffuse qui semble vouloir toujours échapper aux collectes.

 

Traiter les micropolluants à la collecte des eaux usées

Traiter les micropolluants à la collecte des eaux uséesAutre solution pour réduire la pollution de l’eau : le traitement des micropolluants par les collectivités en station d’épuration. Cette solution reste assez marginale en France. D’autant que la réglementation n’impose aucune contrainte en la matière. Ce type de traitement tertiaire est ainsi généralement mis en œuvre seulement lorsque la collectivité est aux prises avec un milieu naturel particulièrement sensible (conchyliculture, ostréiculture, eaux de baignade, etc.). Des réflexions sont aussi engagées par les collectivités proches de pays dans lesquels la réglementation est plus stricte. C’est le cas de la Suisse.


Chez nos voisins helvètes, parmi les milliers de micropolluants qui existent, les autorités ont identifié douze molécules cibles. Dans les stations d’épuration, 80 % de la charge globale de ces molécules cibles doivent désormais être éliminés. L’abattement de ces micropolluants est financé par une taxe aux habitants de 9 CHF par an qui sera appliquée jusqu’à ce que toutes les stations d’épuration soient équipées.


De quoi inciter à réfléchir, peut-être en amont de l’arrivée d’une telle réglementation en France, à la mise en œuvre d’une politique de traitement des micropolluants au niveau de la collectivité.

 

Autres articles

Comment SAUR accompagne les collectivités pour la mise en œuvre de solutions de traitement des micropolluants ?

La présence dans les eaux usées de micropolluants posera sans doute de plus en plus de difficultés à l’av...
lire la suite

Micropolluants dans les eaux usées : les atouts du charbon actif sur lit fluidisé

De nombreuses analyses l’ont montré, nos eaux usées contiennent des micropolluants qui peuvent nuire à l’...
lire la suite

Micropolluants : comment les collectivités peuvent-elles agir ?

Agriculteurs, industriels, professionnels de santé ou simples citoyens, nous sommes tous concernés par la...
lire la suite