Comment SAUR accompagne les collectivités pour la mise en œuvre de solutions de traitement des micropolluants ?

La présence dans les eaux usées de micropolluants posera sans doute de plus en plus de difficultés à l’avenir. Impactant aussi bien l’environnement que la santé humaine. Pour faire face à ce...
Lire la suite
Retour au blog

La réutilisation des eaux usées traitées, une pratique déjà courante dans l’industrie : 2 applications concrètes

La réutilisation des eaux usées industrielles traitées, autrement dit, le reuse est une pratique courante dans de nombreux secteurs de l’industrie. Quelles que soient leurs motivations, ceux qui y ont recours sont satisfaits des résultats. Ils ont d'ailleurs souvent eu recours, en parallèle, à un accompagnement par des experts pour accentuer les résultats.

 

De l’industrie de la papeterie à l’industrie textile en passant par l’industrie automobile et même par l’industrie agroalimentaire. De nombreux secteurs ont déjà fait le choix de mettre en œuvre une démarche de reuse, de réutilisation de leurs eaux usées traitées. S’appuyant chacun sur les solutions technologiques les plus adaptées à leurs besoins. Et chacun est guidé par des motivations propres.

Exemple L Oréal - Nijhuis (1)Exemple L Oréal - Nijhuis (2)

 

Ainsi l’exemple de L’Oréal, ce géant de l’industrie cosmétique (client de référence de la société Nijhuis Industries) a fait appel, pour l’une de ses usines polonaises, à Nijhuis Industries, entité de la « Industrial Water Division » du groupe Saur, spécialisée dans les solutions de traitement des eaux et des eaux usées industrielles, soit en tant que fournisseur de technologie, soit pour de la  conception, construction et surveillance d'installations complètes.

L'objectif principal était de consolider l'engagement de la marque à réduire son impact sur l'environnement. La mise en service de systèmes de purification de l’eau de process par osmose inverse permet aujourd’hui la production, chaque jour, de plus de 250 m3 d’une eau de qualité technique réutilisable. L’équivalent d’une réduction de la consommation d’eau de plus de 50 % pour l’usine en question.

 

 

La reuse dans l'agroalimentaire, c'est possible

 

Exemple Pologne - Nijhuis (2)Exemple Pologne - Nijhuis (1)

 

Autre référence client de Nijhuis Industries, un projet de mise en œuvre d'une démarche de réutilisation, toujours en Pologne, mais développé cette fois par un grand industriel agroalimentaire souhaitant agrandir son abattoir de volailles déjà réputé pour être le plus grand d'Europe. Dans le secteur de l’agroalimentaire, l’eau peut déjà être réutilisée pour l’alimentation de chaudières ou dans les systèmes de refroidissement, par exemple. Mais ce projet particulier est plus délicat car il touche à la réutilisation de l’eau pour la production. Il est donc soumis à des réglementations sanitaires très strictes. Et pourtant indispensable dans le contexte de stress hydrique de plus en plus marqué dans le pays.

Le défi lancé aux experts Nijhuis Industries du groupe Saur : produire une eau d’une qualité identique à celle d’une eau potable.

  1. Une première étape de tests pilotes s’est déroulée sur une période de six mois pour prouver l’efficacité de la chaîne des technologies proposée incluant notamment une filtration sur sable, une ultrafiltration et une étape d’osmose inverse.
  2. Une deuxième étape a permis d’obtenir, pour l’ensemble des matériaux et des produits employés dans le process, l’équivalent de ce que nous, Français, appelons une Attestation de conformité sanitaire (ACS) - certification qui devrait bientôt être uniformisée à l’échelle européenne. En d’autres mots, de faire la démonstration que ces matériaux peuvent servir un usage en eau potable.
  3. Une troisième et dernière étape de test grandeur nature a permis aux autorités locales (l’équivalent de l’Agence régionale de santé (ARS) française qui instruit les questions sanitaires de la qualité de l’eau) de réaliser des analyses sur des échantillons d’eau et de donner son accord final à l’exploitation. L’installation produit aujourd’hui 4000 m3 d’eau par jour, l’équivalent d’une réduction de son empreinte eau de 60 %, avec pour objectif d’atteindre, une fois le projet d’agrandissement mené à terme, les 8000 m3 d’eau produits chaque jour.


Pourtant, même s’il se murmure que la qualité de cette eau est supérieure à celle de l’eau potable distribuée dans la région, l’opinion publique reste aujourd’hui sceptique à l’idée qu’une eau usée puisse être réutilisée pour la production de denrées alimentaires. 

Alors les industriels du secteur et notamment les producteurs de boissons qui se posent la question de la reuse préfèrent l’envisager sous l’angle de la gestion de l’empreinte eau de leurs activités. 

Les experts de Nijhuis Industries développent justement pour eux, des solutions de Recyclage (le premier “R“ d’une stratégie qui en compte 3, à découvrir dans cet article) permettant de traiter une eau de process avant même son passage en station d’épuration puis de la réinjecter dans le process industriel. De quoi espérer faire sauter les derniers verrous psychologiques qui freinent le développement à grande échelle de stratégie de reuse. 

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?
Découvrez notre guide !

Télécharger l'Ebook REUSE SAUR Industrie

 


NIJHUISArticle en collaboration avec NIJHUIS

Autres articles

Comment SAUR accompagne les collectivités pour la mise en œuvre de solutions de traitement des micropolluants ?

La présence dans les eaux usées de micropolluants posera sans doute de plus en plus de difficultés à l’av...
lire la suite

Micropolluants dans les eaux usées : les atouts du charbon actif sur lit fluidisé

De nombreuses analyses l’ont montré, nos eaux usées contiennent des micropolluants qui peuvent nuire à l’...
lire la suite

Micropolluants : comment les collectivités peuvent-elles agir ?

Agriculteurs, industriels, professionnels de santé ou simples citoyens, nous sommes tous concernés par la...
lire la suite