Équipements de pompage : 3 erreurs à éviter et leurs solutions

Le pompage de l’eau est l’un des postes qui coûtent le plus cher aux collectivités. Mais des économies peuvent assez facilement être réalisées en évitant quelques erreurs. Notamment en prena...
Lire la suite
Retour au blog

Comment EMI Patrimoine permet aux collectivités d’optimiser leurs investissements ?

 

Le réchauffement climatique menace les ressources en eau et les collectivités sont de plus en plus confrontées à la nécessité de mettre en place des systèmes de gestion durable de leur patrimoine.

Pour les aider, la société imaGeau propose une solution qui s’appuie sur toutes les données environnementales disponibles pour élaborer des plans de sécurisation et optimiser les investissements. Cette démarche s’appuie sur la mise en place d’une plateforme numérique :  EMI.

 

Si le réchauffement climatique se poursuit à son rythme actuel, la diminution des débits annuels moyens des cours d’eau pourrait atteindre les 40 % en 2070 par rapport à une référence prise entre 1961 et 1990. La recharge des nappes phréatiques devrait, quant à elle, baisser d’au moins 10 à 20 % (1). Pour les collectivités, la protection de la ressource en eau devient un enjeu critique.

Pour limiter le risque sur leur territoire, elles pourront toutefois compter sur quelques outils innovants. Des moyens de gestion durable qui leur permettront d’assurer la pérennité et la qualité du service tout en optimisant leurs investissements et ainsi, en limitant les coûts. C’est l’exemple de la plateforme EMI — pour Environmental Monitoring Interface — développée par imaGeau, une société du Groupe Saur dont l’activité est dédiée à la problématique. Aujourd’hui, 180 (chiffre à compléter par imaGeau) collectivités utilisent déjà ce service en France. Une manière, entre autres, d’anticiper un risque sécheresse de plus en plus présent sur leur territoire. 

 

Des données pour protéger les ressources en eau des collectivités

Pour comprendre la philosophie de la plateforme EMI, il faut d’abord savoir qu’elle repose avant tout sur la collecte de données. L’outil capte ainsi, en premier lieu, toutes les données environnementales qui peuvent influencer la ressource en eau d’une collectivité. Qu’il s’agisse d’une ressource souterraine, d’une ressource de surface ou même d’un barrage. Tous les éléments qui alimentent une collectivité en eau sont intégrés.

Les données traitées par EMI se répartissent en trois grands types :

  • les données météorologiques (précipitation, ensoleillement, etc.) sont issues du ECMWF, le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme ;
  • les données relatives aux ressources (niveau des nappes, débit des rivières, etc.) sont récupérées dans les bases de données publiques des services de l’État via le service Hub’Eau
  • les données d’exploitation (temps de fonctionnement des pompes, volumes prélevés, etc.), enfin, sont issues des collectivités et de capteurs mis en place sur les forages ou les sources.

Des données validées et valorisées

Des méthodes statistiques et l’appui de l’intelligence artificielle permettent ensuite de valider ces précieuses données. Car fournir aux outils des informations manquant de fiabilité pourrait fausser les résultats et les analyses qui en découlent.

Une fois cette étape cruciale passée, les données sont valorisées en plusieurs dizaines d’indicateurs de risque. Ils permettent aux collectivités de repérer une nappe phréatique dont le niveau baisse dangereusement ou encore de faire ressortir un forage présentant un rendement dégradé. Plus généralement, de suivre quotidiennement l’évolution des conditions de sécheresse et leur impact sur la production d’eau. Grâce à des représentations cartographiques et graphiques toutes en couleur de ces données, les collectivités peuvent visualiser l’état de leur patrimoine, de leurs ressources en eau et de leur exploitation au quotidien.

Les experts du bureau d’étude d’imaGeau, quant à eux, n’ont plus à manipuler directement les données. Ils peuvent consacrer leur temps à les transcrire en plans de sécurisation. À faire des préconisations qui permettront de cibler les actions de maintenance pour en limiter les coûts, de réduire également les coûts d’exploitation ou encore de proposer un changement dans la façon d’exploiter un forage pour en optimiser son rendement. Le tout avec pour objectif d’améliorer la quantité et la qualité des eaux captées sur le territoire de la collectivité en maîtrisant les coûts.

 

Pour aller plus loin, accédez à la rediffusion de notre webinaire :

Rediffusion webinar collectivités



Sources des chiffres :

(1) — Projet Explore 2070, un projet porté par le ministère de la Transition écologique et solidaire entre 2010 et 2012

Autres articles

Équipements de pompage : 3 erreurs à éviter et leurs solutions

Le pompage de l’eau est l’un des postes qui coûtent le plus cher aux collectivités. Mais des économies pe...
lire la suite

Collectivités : quels sont les enjeux de la facture énergétique et comment trouver une solution ?

Exploiter une usine de production d’eau potable coûte avant tout cher en énergie. En cause notamment, les...
lire la suite

Comment la solution Riventa permet de réduire sa facture énergétique ?

L’énergie se présente comme le deuxième poste de dépense pour potabiliser et délivrer ensuite l’eau aux a...
lire la suite